Les préjugés sur les fonctionnaires

interniew avce une fonction et réponses à propos des préjugés

« Tu fais ton fonctionnaire aujourd’hui» c’est le genre de phrase que l’on entend de la part de certains collègues lorsqu’on termine à l’heure au travail. Mais pourquoi tant de haine envers les fonctionnaires ? Dans certaines contrées, travailler pour l’état est valorisant, mais en France rien le mot « fonctionnaire » sonne péjoratif.
Le lapin numérique interroge Franck, fonctionnaire depuis 17 années, qui nous va dévoiler les coulisses de la fonction publique et répondre aux clichés.

Franck, pourrai tu te présenter et nous expliquer comment as-tu rejoint la fonction publique ?

J’ai 45 ans et le travaille dans l’une des 3 fonctions publiques, la fonction publique territoriale. Il existe aussi la fonction publique d’état et la fonction publique hospitalière. Je travaille plus précisément dans une mairie d’un village de 3200 habitants en Loire-Atlantique où mes missions sont extrêmement variées. Cette petite mairie, dans son fonctionnement, tiens plus de la PME que de la grosse administration. J’ai fais des études de droit public. J’avais en effet envie d’intégrer la fonction publique, les missions d’intérêt général me motivant plus que les missions orientées vers la satisfaction du privé. C’est donc une sorte de vocation, quelque chose auquel je crois encore aujourd’hui. J’ai donc passé le concours de rédacteur territorial (un rédacteur exerçant les fonctions d’un cadre moyen) et je l’ai obtenu. J’ai dû ensuite chercher un poste en envoyant lettres et CV comme dans le privé. J’ai commencé ma carrière à l’office HLM de Chartres. J’ai été nommé et titularisé au bout d’un an. J’ai ensuite travaillé dans une mairie de la banlieue parisienne et depuis une quinzaine d’années je suis revenu sur Nantes.

Maintenant, nous allons évoquer quelques préjugés sur les fonctionnaires. Pourrais-tu nous dire ton avis. Y a-t-il une part de vérité ou ce n’est qu’une légende urbaine ?

1. Un fonctionnaire se contente de faire ses heures, il n’a pas d’objectif et pas de compte à rendre.
Je ne vois en quoi faire ses heures fait de nous un fonctionnaire. Une caissière, un ouvrier à l’usine par exemple font leurs heures, rien de plus. Tout dépend surtout de la fonction, un cadre faisant plus d’heures qu’un exécutant. Les chefs de service dans le privé comme dans le public ne comptent pas leurs heures. Personnellement toutes les heures que je fais ne sont payées, loin s’en faut.
Quand aux objectifs ils existent et je dois rendre compte de mon activité, de mon savoir faire et mon savoir être à travers une grille très précise tous les ans.
Je travaille pour un maire, pour des élus qui eux ont des comptes à rendre à des électeurs. De l’efficacité des services municipaux dépends pour partie leur réélection, c’est dire s’ils sont exigeants à notre égard. Je ne suis pas soumis à la pression du client mais à celle indirecte de l’électeur potentiel !

2. Les fonctionnaires coûtent cher à l’état et ne rapportent rien
C’est l’Etat français qui historiquement à bâti la France. Il y a dans ce pays une tradition d’intervention de l’état venant suppléer le privé défaillant. Un pays bien administré est aussi je pense un gage de sécurité pour des investisseurs étrangers et donc bon pour notre économie. Cela jusqu’à présent nous à plutôt réussi. Maintenant l’état se désengage de partout et je ne vois pas où est le progrès. Je conseille la lecture du livre de Jean-Claude MAILLY « il faut sauver le service public ».
On pourrait choisir un modèle à l’américaine : on paierait un peu moins d’impôts (pas tellement moins en réalité). Mais les soins médicaux couteraient autrement plus cher, les études, la cantine des enfants également etc etc. Est-ce cela que l’on souhaite ? Je ne le crois pas.

Les français sont attachés au service public.

3. Les fonctionnaires sont privilégiés

Je peux montrer ma fiche de paye à ceux qui pensent cela…

4. On peut être fonctionnaire et incompétent, on ne sera jamais viré

L’immense majorité des fonctionnaires ont un grand sens de l’intérêt général, sont honnêtes et font parfaitement leur travail. C’est bien l’essentiel. Qu’il existe des brebis galleuses, c’est bien possible. Mais il existe des procédures pour exclure des fonctionnaires pour insuffisance professionnelle. Par ailleurs un certain nombre de fonctionnaires, après leur 1e année de stage, ne sont pas titularisés donc exclus de la fonction publique. Tout n’est pas aussi simple que certains le pensent parfois.

5. Les fonctionnaires sont toujours en vacances

De façon générale en France, nous n’avons pas à nous plaindre. Dans beaucoup de pays occidentaux, les congés sont moindres. Tant mieux pour nous. Cela fait partie du modèle français. On ne pense pas qu’à travailler, on pense qu’il y a une vie en dehors du travail. Il faut préserver cela. Pour autant que je sache aux Etats-Unis on débute sa carrière avec 2 semaines de congés payés par an. C’est 5 semaines en France dans le public comme dans le privé. Il y peut être quelques jours de RTT en plus dans la fonction publique par rapport au privé, je n’ai personnellement pas mesuré.

6. Les fonctionnaire râlent tout le temps et font toujours grève

J’ai l’impression, chaque fois que je reviens de voyage à l’étranger, qu’on est un pays de râleurs et qu’on se plainds tout le temps. C’est dans notre caractère de français, cela fait partie de nos gènes, de notre ADN. Mais râler c’est aussi un moyen de faire progresser les choses. Les agents du service public font ils plus grève que ceux du privé grâce à la protection de leur statut ? C’est fort probable. Je ne vois pas en quoi défendre ses intérêts est condamnable.

Laisser un commentaire